livraison de colis

Qu’il soit professionnel ou privé, tout déplacement implique des frais pour le commanditaire. Les coûts directs font généralement l’objet d’une prévision plus ou moins adéquate mais beaucoup d’entreprises et de particuliers oublient les coûts indirects qui, additionnés les uns aux autres, ont vite fait de gonfler la facture. Pour la minimiser, organisation et priorisation devront être les maîtres mots d’une stratégie globale relevant d’une politique du voyage précise dans les entreprises et d’un nouvelle vision du déplacement et du déménagement pour tout un chacun.

En s’appuyant sur cette doctrine, réduire les coûts de déplacements devient possible et pourrait même participer à améliorer les conditions de transport des colis. De multiples paramètres sont modulables pour agir sur les coûts du transport mais il en est un qui promet d’être LA solution d’avenir : le cotransportage. Mêlant solidarité active et utilisation des réseaux numériques, ce nouveau service risque fort de bouleverser nos conceptions du convoyage d’objets. Suivons la trace d’une affaire qui roule.

Le déplacement, un poste de dépenses important

Dans toute entreprise dynamique, surviennent de nombreuses obligations de déplacements. Pour les cadres en représentation ou les commerciaux en quête de nouveaux clients, les voyages d’affaires impliquent de multiples frais qu’il est important de bien détailler pour éviter les dépenses inutiles. Billets d’avion ou de train, carburant pour les véhicules du groupe ou frais de repas pour les collaborateurs en vadrouille ne sont que la partie immergée, les coûts directs du prix global d’un déplacement.

Comme pour les particuliers, les entreprises grèvent leur budget par des déplacements parfois inutiles, des itinéraires non optimisés ou des achats superflus occasionnés par les vicissitudes du voyage. Pour minimiser ces pertes, il existe un moyen innovant, pratique et peu contraignant de rentabiliser chaque trajet effectué. Basé sur le modèle du covoiturage, l’envoi de colis se fait de plus en plus au travers du cotransportage, porté par sa simplicité d’utilisation et ses prix inégalables.

réduire ses frais de déplacement

Réduire ses frais de déplacements grâce au cotransportage

Comme pour son frère le covoiturage, tout démarre sur une plateforme internet qui met en relation convoyeurs potentiels et envoyeurs en quête d’un véhicule. Après avoir renseigné les caractéristiques du colis, ses dimensions, les lieux et dates de départ et d’arrivée souhaités, ainsi que le prix proposé, les particuliers dont le trajet coïncide avec les desiderata du commanditaire peuvent se manifester et lui proposer leurs services.

Une fois les détails de prise en charge et de livraison réglés par messagerie privé, le convoyeur se présente à l’heure dite et au lieu spécifié. La plupart des plateformes qui gèrent ce type de transaction ne versent son paiement au convoyeur qu’après leur ait été confirmée l’arrivée du colis par les soins du commanditaire. Pour encore plus de sécurité, ces entreprises digitales proposent une assurance qui couvre les risques à hauteur de 2000 euros !

Participer à l’évolution des échanges commerciaux

En s’inscrivant sur ce type de plateforme, les commanditaires bouleversent les lois du transport classique. Malgré des coûts amoindris de 80%, la qualité du service ne diminue en rien. En effet, ces nouvelles pratiques, liées à l’avènement d’Internet et des échanges de services entre particuliers, s’appuient sur un besoin de solidarité et de confiance mutuelle qui favorise l’empathie et poussent les différents acteurs à effectuer leur tâche dans les meilleures conditions.

Le corollaire de ce service est de participer à la diminution de l’empreinte écologique du transport en évitant de grossir les rangs de l’immense flotte de camions de transport qui monopolisent les voies de France et d’Europe. Écologique, pratique, solidaire et rassurant, le nouveau service de cotransportage s’inscrit parfaitement dans l’air du temps et participe à bouleverser les codes d’un monde exclusivement basé sur le rapport marchand.