Vous envisagez prochainement de vous convertir au judaïsme ? Sachez que ce genre de processus fait appel à un examen de soi et des autres. Le but étant de parvenir à adopter une nouvelle identité. À cause des conséquences d’ordre psychique des convertis et du peuple juif, les rabbins incitent en effet les candidats à la conversion au judaïsme à vérifier attentivement leurs propres motivations. Pour y voir un peu plus clair, découvrez dans cet article le nécessaire pour réussir une conversion au judaïsme.

L’apprentissage ou l’étude : la première étape

Pour devenir juif, les candidats à la conversion sont priés de se renseigner un peu plus sur cette religion et la culture juive. Mais encore, il est primordial de procéder à une recherche d’expériences juives en plus de parler à un rabbin assez tôt dans la démarche. Et pour s’assurer de trouver la meilleure des formations, plusieurs options se présentent à vous. L’on peut citer la prise de contact avec votre fédération juive locale ou votre centre communautaire juif, la consultation de la liste des cours d’introduction au judaïsme à venir au mouvement réformiste et la consultation de la liste des cours de conversion à venir du mouvement conservateur.

Retenez que dans la mesure où vous vous trouvez en Israël et que vous êtes en quête de plus d’informations sur le processus de conversion ou autres sujets en rapport avec ce dernier, vous n’aurez qu’à visiter le site de l’Union mondiale pour le judaïsme progressiste. Dès lors que le candidat ainsi que le rabbin se sont convenus du temps de la conversion, la procédure de conversion formelle peut alors débuter.

Deuxième étape : la circoncision

Après l’apprentissage de tout ce qui touche l’apprentissage de la conversion au judaïsme, il est important que le candidat opte pour la circoncision. Plus spécialement, si le candidat est un homme, la première étape d’une conversion traditionnelle est de subir une brit milah, autrement dit une circoncision. Cela dit, si ce dernier a déjà été circoncis, une extraction rituelle d’une goutte de sang est nécessaire. À noter que les rabbins réformateurs et reconstructionnistes sont passibles d’offrir au candidat un choix sur la brèche du barrage de Hatafat s’il est déjà circoncis.

Procéder à la cour rabbinique et au bain rituel

Aussi appelé Bein Din et mikveh, ces deux démarches allongent la liste des étapes de conversion au judaïsme. Pour le Bein Din, un tribunal de trois personnes idéalement composé d’au moins un rabbin et de deux juifs observateurs qui connaissent très bien les lois de la conversion est constitué. Comme objectif, cette démarche sert à explorer la sincérité d’un candidat en évaluant ses connaissances, sa motivation et son intention de vivre en juif.

Une fois validée, le candidat sera immergé habituellement dans la piscine rituelle ou mikveh. Pour la simple et bonne raison que l’eau est le symbole de l’état intermédiaire ou liminalité du converti. Ce qui équivaut à une renaissance spirituelle. Toutes ces étapes faites, il ne reste plus qu’à choisir un nom en hebreu pour le juif nouveau-né.