moyens de protection bloc opératoire

Les soignants de tous métiers ont été et sont toujours, en première ligne pour combattre la COVID-19 partout dans le monde. Ces professions souvent mal considérées, tels les aides-soignants ou les infirmières, ont rarement autant été dans la lumière que ces dernières années, mais on oublie souvent que l’exercice de leur profession est aussi lié à la fourniture d’équipements adaptés à leurs conditions de travail. Voici donc quels sont les moyens de protection du personnel de bloc opératoire.

Les moyens de protection du personnel de bloc opératoire, une question prioritaire

L’hygiène et la prophylaxie sont deux composantes fondatrices de la médecine moderne. Depuis la découverte des microbes par Pasteur, de nombreuses techniques ont été mises en place pour protéger à la fois les patients et les soignants. De la stérilisation des outils de médecine à l’intégration de bonnes pratiques dans le cadre hospitalier, toutes ont servi la réussite de la médecine moderne. Mais il ne faudrait pas non plus oublier l’importance des moyens de protection du personnel de bloc opératoire.

En première ligne face aux épidémies, le personnel soignant est le plus exposé à la contagion. Les maladies nosocomiales, celles que l’on contracte à l’hôpital, ont toujours constitué un combat au sein des établissements. L’évolution rapide des techniques des matériaux a permis notamment de créer des moyens de protection efficaces, parmi lesquels le sabot de bloc opératoire est l’un des plus importants. Nous y reviendrons.

personnel de bloc opératoire

Les incontournables du bloc opératoire

Dans le bloc opératoire, il n’est pas question de négliger la sécurité. C’est pour cette raison que l’accès aux salles est drastiquement limité et qu’il est nécessaire de respecter un protocole strict pour y entrer. Tous les moyens de protection du personnel de bloc opératoire ont été conçus dans le but précis de limiter la contamination des soignants et des patients. Voyons quels sont ces éléments.

Tout soignant doit être équipé d’une chemise et d’un pantalon neuf, non tissé et à usage unique. S’il s’agit de tissu réutilisable, il doit obligatoirement sortir de la blanchisserie. À cela, il faut ajouter un bonnet et un masque pour limiter la diffusion dans l’air de particules et de microbes. En outre, il est formellement interdit de porter des bijoux, du maquillage ou du vernis.

Le choix des sabots, un point essentiel pour prévenir la contamination

Parmi les moyens de protection du personnel de bloc obligatoire, on oublie souvent l’importance capitale du sabot. Ceux-ci doivent répondre à plusieurs critères. Ils doivent d’abord assurer la sécurité du soignant, notamment sa protection contre les risques d’écrasement, de blessure par des objets coupants tombés à terre, de risque électrique et chimique ou encore de glissement.

Par ailleurs, le sabot de bloc opératoire doit aussi être confortable et flexible pour faciliter la tâche des soignants au quotidien, être résistant et étanche aux liquides, tout en étant antistatique. Surtout, ils doivent être capables de supporter les protocoles de stérilisation et de désinfection mis en œuvre à l’hôpital comme l’autoclavage. D’où la force de s’adresser à des professionnels pour s’équiper, comme Reposa.it, un expert réputé pour la qualité de ses produits et leur variété !